1196263282

 

La consigne :

Que fait-elle là, qui semble isolée du groupe ?
Elle semble penser à autre chose.
Mais à quoi ?
Peut-être le savez-vous.
Si vous le savez, dites le, comme toujours dans la zone commentaire de mon devoir.

Petit aparté :  J'avais oublié un X à tableau... Funeste erreur sur laquelle, Le Goût, a sauté joyeusement dans un charmant courrier électronique. Oui, je suis humaine ( quelquefois )... Prise d'une honte indicible, j'ai corrigé cette horrible horreur....

*

Elle a l'habitude. Elle a toujours été décalée.

Rêveuse, elle peut rester trois heures à contempler les détails d'un tableau, une araignée qui tisse sa toile.... Sans voir passer le temps. 

Ou pleurer un rouge gorge mort au pied d'un arbre, victime d'un hiver rigoureux .

L'observation d'une feuille, d'un monument, de la forme d'un nuage, d'un arbre biscornu ou majestueux la plonge dans une interminable et incompréhensible méditation.

Elle peut se révolter violemment aussi. Elle ne supporte pas l'injustice, la grossièreté du coeur, la vulgarité de l'âme.

Elle peut " scanner " ses semblables jusqu'aux tréfonds de ce qu'ils sont. Jusque dans leurs zones obscures, marécageuses, quelquefois nauséabondes. Elle arrache leurs masques. Elle ne juge pas. Elle ressent au contraire leur fragilité, leurs faiblesse et elle compatit. Elle veut seulement les aider à avancer à travers les dédales de leur complexité. La douleur des autres est la sienne. Ils ne comprennent pas. Ils pensent qu'elle tente de les manipuler.

Elle a renoncé à convaincre. 

Au lycée, elle commence sa copie vingt minutes après tout le monde et la rend trente minutes avant le reste de sa classe. Ça agace... 

Elle est différente. Elle pense trop, trop vite, tout le temps.  Elle va à l'essentiel sans détour. Elle dit ce qu'elle pense sans fioritures. Ils ne sont pas prêts à l'entendre. 

Ca dérange. On la regarde bizarrement. On la juge prétentieuse. Personne ne comprend.

On se sert d'elle quelquefois. On s'en moque aussi parfois.

Les autres lui semblent étrangers. Comme s'ils parlaient un autre langage, venaient d'une contrée lointaine.

Elle déambule dans une sphère parallèle sans accès possible à la réalité concrète du monde qu'elle doit pourtant chaque jour affronter.

On la dit étrange. Elle ne rentre dans un aucun schéma ordinaire.

Si d'aventure on triche, son insondable mémoire peut rendre instantanément une vieille conversation dans son intégralité. Mot pour mot. Nuance pour nuance.

Son humour acide agresse.

Perdue dans les rouages de ses incessantes réflexions, elle ne reconnaît même pas ses proches quand elle les croise la rue. On la dit sauvage, impolie, vaniteuse.

Un regard la bouleverse, elle sait d'instinct ce qu'il dit ou ce qu'il cache. Son impitoyable lucidité taille comme un rasoir dans les faux semblants. On la dit froide. Infréquentable. Lunatique.

Elle n'est pas folle. Elle n'est pas hautaine. Pas intrusive.

Elle est seulement surdouée. 

Et elle ne sait pas encore ce que cela va impliquer sa vie durant....